Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/08/2006

La transposition

La pratique du dessin montre très vite que l'imitation est une impasse esthétique. La prise de conscience de la nécessité de transposer est l'affranchissement d'un artiste ; elle intervient quand l'impossibilité de copier son sujet ou de "rivaliser" avec lui s'est fait ressentir.

La nécessité de transposer est donnée avant toute chose par le langage plastique lui-même : papier, matière, plan, écart de lumière, écart de couleur entre la réalité et sa représentation picturale. La réalité se trouve restituée par les matériaux de la peinture et du dessin (de l'encre sur du papier, de l'huile et des pigments sur de la toile) ; sur un plan à deux dimensions, par une gamme de couleurs réduite et un écart de lumière plus réduit encore (entre une feuille de papier éclairée par le soleil et la même feuille dans une nuit sans lune, il y a, d'après le peintre Charles Lapicque, un écart de trois cent millions).

A partir de cette prise de conscience, l'artiste accéde aux véritables règles du jeu de son art, qui sont de composer avec les éléments constitutifs de son langage plastique :

- Acceptation du plan ;

- Illusion de la troisième  dimension ;

- Rupture de  matière, de situation, de mouvement, d'échelle.

Daniel Lacomme